Jacques Chevalier

26 novembre 2019 Non Par sblangy

Jacques M. Chevalier
Professeur du Chancelier, Sociology and Anthropology
Carleton University, Ottawa
.

Jacques Chevalier accompagne les travaux du GDR PARCS depuis sa création en 2013. Il a animé 5 formations introductives et avancées à la RAP et 2 écoles thématiques. Il s’est rendu disponible pour nous aider à concevoir le design de plusieurs de nos ateliers RAP. Son implication a été détérminante dans la constitution et la montéé en compétence sur les moyens habiles de la communauté RAP en France. Grace aux contacts de Jacques, nous avons créé des liens avec le CIRFIP à Paris (réseau de psycho sociologues), avec les projets de CO CREATE à Bruxelles.
Les travaux de Jacques M. Chevalier, soutenus depuis plusieurs années par le Centre pour la Recherche en Développement International, adhère aux principes de la recherche-action participative, en se donnant comme mission d’innover tout autant sur le plan théorique que sur le plan de la pratique, alliant parole articulée au geste cohérent.

Les ouvrages qui en découlent, publiés dans une demi-douzaine de langues, proposent une cinquantaine de « moyens habiles » ou dispositifs permettant de mobiliser les savoirs de toutes les parties concernées, en situation réelle. Les pratiques et dispositifs d’analyse, d’accompagnement et de résolution de problème étayés dans ces ouvrages prennent appui sur plusieurs disciplines et expériences menées dans des contextes sociaux et géographiques fort variés, tels la communauté villageoise, le réseau associatif, l’établissement d’enseignement, l’entreprise privée, et l’organisme public. Ces « moyens habiles » de la recherche-action reposent sur une socio-technè qui allie sans gêne les arts aux mathématiques et le discours narratif au software interactif.
La réflexion théorique qui sous-tend ces choix méthodologiques à la fois flexibles et rigoureux est celle d’un socio-constructivisme qui se veut (a) critique des rapports de pouvoir, (b) pragmatique et donc rigoureux au regard des possibilités d’action sur le réel, et (c) phénoménologique en ce sens qu’il privilégie les points de vue des sujets sur leur propre histoire et leurs rapports à la collectivité ainsi qu’à leur environnement immédiat.

Conçus pour les « chercheurs sans frontières », ces moyens habiles de la pensée et du dialogue nous convient à devenir des « artisans du savoir » qui travaillent à combler les nombreux écarts séparant la pratique dite scientifique de la construction de sens et de l’intersubjectivité desacteurs aux prises avec des situations complexes.

Jacques M. Chevalier est Professeur du Chancelier au Département de sociologie et d’anthropologie et à l’Institut d’économie politique, à l’Université de Carleton, Ottawa. Il a obtenu son doctorat en anthropologie à l’Université d’Édimbourg en 1977. Depuis lors, il a publié plusieurs ouvrages savants en anthropologie latino-américaine — The Hot and the Cold (2002) University of Toronto Press, A Land without Gods (1995) Zed Books, Civilization and the Stolen Gift (1982) University of Toronto Press — ainsi qu’en anthropologie sémiotique — The 3D Mind (2002) 3 vol., Mc Gill-Queen’s, A Postmodern Revelation (1997) University of Toronto Press, Semiotics, Romanticism and the Scriptures (1990) Mouton, Berlin. Il a également mené des études de longue durée sur le terrain, en milieu autochtone, au Mexique et au Pérou.

Depuis 2002, il s’emploie à rattacher son savoir théorique et son expérience de terrain aux questions de développement et aux méthodes de recherche-action participative et ce, en anglais, en français et en espagnol et dans plusieurs régions du monde. Les résultats de ces travaux plus récents sont disponibles sur le site www.participatoryactionresearch.net, dont SAS2 : Guide sur la recherche collaborative et l’engagement social (2008) ESKA, Paris (version originale en anglais publiée par Sage International). Son dernier ouvrage s’intitule Participatory Action Research : Theory and Methods for Engaged Inquiry, publié par Routledge UK (2013, 470 pp.).